La dépression

La dépression

Les états dépressifs couvrent toutes les gammes d’humeur allant de la tristesse à la souffrance morale extrême. Ces troubles de l’humeur peuvent être associés à l’atteinte de fonctions cognitives et motrices (perte de mémoire, inattention, hypersomnie,perte d’énergie…). De nos jours, le terme dépression est utilisé à toutes les sauces. Si bien qu’il est difficile de savoir à quoi il est associé.

Le concept de dépression décrit une situation problématique, anormale, qui peut amener l’individu à ne plus fonctionner et devoir accepter un arrêt de travail plus ou moins prolongé (trois mois à une année) avec la prise de médication et un suivi thérapeutique approprié. On appelle ce type d’affliction, dépression majeure. Ce terme < majeure> est bien peu descriptif, il indique l’importance du problème et est associé d’après le recueil des maladies mentales (DSM IV), à une série de symptômes.

Les symptômes reliés à la dépression majeure sont ; humeur dépressive, perte d’intérêt ou de plaisir, perte ou gain de poids, insomnie ou hypersomnie presque tous les jours, agitation ou ralentissement psychomoteur, perte d’énergie, sentiment de culpabilité injustifié, diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer, pensée récurrente de la mort. Lorsqu’ au moins cinq de ces symptômes sont présents pendant une période d’au moins deux semaines, nous pouvons parler d’une dépression majeure.

Mais y a t’il des dépressions mineures?

On dit plutôt < je me sens déprimé> sans plus de distinction . C’est à se demander si nous n’avons pas plus de nuance parce que la médecine n’a pas plus de traitement ; si quelqu’un se sent déprimé, on peut lui donner des antidépresseurs, mais si quelqu’un se sent triste ou si quelqu’un s’ennuie, on va devoir chercher des solutions dans ce qu’il fait ou ce qu’il a fait ou ce qu’il n’a pas fait. Le médecin ne prescrira pas de médication, il va plutôt référer son client à un psychologue. La médication devrait être utilisée pour aider un individu à conserver son emploi et à demeurer fonctionnel. Les médicaments antidépresseurs ne sont pas un traitement en soi; ils aident à atténuer les symptômes.

Pour guérir une dépression il faut, avec ou sans médication, changer les situations, les évènements ou encore la dynamique qui a pu la provoquer ou la favoriser. Plusieurs personnes parviennent à s’en sortir par elle-même, mais il est préférable de demander une aide professionnelle. Il faut identifier les facteurs qui vous ont entraînés dans ce marasme et trouver la façon de faire un ou des changements. Lorsqu’on réagit rapidement, il arrive que quelques séances peuvent suffire à se repositionner et changer le déroulement des malaises mais si l’on attend trop, la situation risque de se compliquer et de prendre plus de temps à dénouer.

André Surprenant Ph.D.
psychologue

 


© Objectif couple - centre de consulation conjugale